NANA CAVERNA, l'atelier de poterie et céramique - LES ARTISANS D'ICI

NANA CAVERNA, l’atelier de poterie et céramique

Par Mrs K


Après des études en Journalisme, Asta évolue et s’exprime en modelant l’argile ou en peignant sur de la terre cuite. Passionnée par la poterie et la céramique, elle a choisi de vivre de cet art. La fondatrice de l’atelier NANA CAVERNA nous parle de son parcours.



Parlez-nous de vous et de votre structure NANA CAVERNA ?

Je me nomme COULIBALY SAMBO T. Asta, fille aînée de cinq frères et sœurs. Originaire de la région du Poro, Korhogo. Avec un père Professeur sculpteur et une mère Artisane, j’ai baigné dans l’art depuis mon enfance. M’exprimer de manière créative à toujours été un leitmotiv.

En 2009 après l’obtention du BAC, ma mère me conseille de suivre des études en journalisme. Très peu à l’aise avec cette profession à mes débuts, je finis au fil du temps à la découvrir et l’apprécier. Malgré plusieurs stages et un emploi, je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de travailler en tant que journaliste.

En 2017 je me reconvertie en Décoratrice en créant NANA CAVERNA. Au départ aucune branche poterie existait dans ma structure. NANA CAVERNA évoluait essentiellement dans la décoration pour évènement, décoration d’intérieur et création d’accessoires comme des perles.

Aujourd’hui, disons depuis 2019 NANA CAVER’ART a ajouté d’autres cordes à son arc qui sont celles de la Céramique et la Poterie.

Trois créations : Encensoir, pot et feuille morte
« Beauté et irrégularité »

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Ma première source d’inspiration et motivation est ma mère, qui est une femme battante, dynamique et investie. Mes autres sources d’inspiration viennent de tout ce qui m’entoure, ce que je vois et également de mes états d’âme.




Quel est le processus de fabrication d’un pot de fleur en argile ? Et le moment le plus délicat ?


Le processus de fabrication d’un pot en poterie passe par la préparation de l’argile. Il existe plusieurs processus de préparation d’argile.

De manière artisanale et traditionnelle il faut laisser sécher l’argile, piler, tamiser et mouiller pour obtenir une pâte homogène. Ensuite une fois la pâte obtenue, il faut de l’agilité pour faire des formes rondes. Enfin laisser sécher au soleil le pot et faire cuire sous un tas de brindilles et de bois.

Les différentes étapes de confection d’un pot en céramique  :

  • La préparation de l’argile trempée, tamisée et raffermie. Cette pâte raffermie nous permet de ressortir toutes formes arrondies ou sculptées au tour du potier.
  • Le séchage du pot : Laisser sécher le pot doucement dans un lieu à l’abri du soleil. Ce procédé est lent, il permet au céramiste de vérifier de temps en temps s’il n’y a pas de fissures et apporter des modifications si besoin.
  • La cuisson du pot : Faire cuire la pièce dans un four à plus de 800° degrés. La cuisson biscuit. Réduction de la porosité.
  • L’application d’engobes ou d’émaux : Mettre l’engobe ou l’émail sur le pot. Laisser sécher. 

L’étape de la deuxième cuisson : elle sert à fixer l’email ou l’engobe sur le pot, à finir la porosité. Cette cuisson va à plus de 1000 ° pour ceux qui disposent d’un four électrique.

Le moment le plus délicat pour moi est l’enfournement des pots et la cuisson. Lorsque les pièces ne sèchent pas convenablement pendant la cuisson, elles peuvent se casser dans le four. Pendant l’enfournement, il faut aussi de l’attention au risque de casser le pot. Après la cuisson, il faut encore être précautionneux au moment du défournement.

NB : La cuisson artisanale moderne céramique au bois de chauffage demande 2 jours de cuisson intense. 



Certaines études disent que la poterie est bonne pour la santé. Qu’en pensez-vous ?

La poterie ou encore la céramique ont des atouts bénéfiques pour la santé.

Avant l’existence des ustensiles de cuisine en Inox ou en Acier, nos mères et grandes mères cuisinaient dans des ustensiles en argile. Elles obtenaient des aliments de meilleure cuisson.

J’ai une petite anecdote de ma grande mère sur l’expansion des ustensiles en acier dans nos vies quotidiennes. En résumé, elle se plaignait souvent de la mauvaise cuisson de nos repas, parce qu’ils étaient cuisinés dans de l’acier.

En effet, la cuisson des repas est plus douce, naturelle, curative et régénératrice quand elle est faite dans des ustensiles en argile. C’est sûrement pour cette raison que la médecine douce naturelle se concocte dans des canaris en terre cuite.

Feuille morte, tournée autour du pied



Quels sont vos circuits de distribution ? Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l’exercice de votre métier ?


Je travaille essentiellement sur commande. Mes clients me contactent via internet ou par recommandation.

La principale difficulté que je rencontre est l’accessibilité au matériel. Je souhaiterais acquérir du matériel de céramique comme les outillages, les engobes, le four électrique… pour une réalisation optimale de mes créations.

La main d’œuvre est aussi une difficulté ; rares sont les jeunes qui s’intéressent à la poterie.


« Calao » sculpture bois

Quels sont vos projets


Pouvoir amener la population ivoirienne à consommer les produits locaux à des prix imbattables. Force est de constater que nous préférons les produits importés à nos produits locaux. Pourquoi, ne pas valoriser nos atouts et valeurs en y apportant une touche de modernité et d’originalité. J’aimerais aussi m’étendre sur le continent Africain et j’espère aussi sur l’Occident.

Nous souhaiterions aussi servir de vitrine d’œuvres d’arts, nous travaillons beaucoup dans ce sens.


Décrivez-nous votre lieu de travail


Mon lieu de travail pour le moment est ma maison. Mon habitation est en train d’être transformée petit à petit en atelier de création.


Asta, Artisane potière dans son atelier


NANA CAVERNA

0 Commentaire
4

Articles précédents

Laisser un commentaire

Ouvrez Whatsapp
Besoin d'aide
Bonjour,
Besoin d'aide ?